Les deux premières semaines de la saison sont l’occasion de se faire une meilleure idée des rosters et rotations de chaque franchise NBA. L’échantillon est faible mais l’on peut déjà faire un premier bilan des surprises et déceptions de ce début de saison. C’est aussi l’occasion de faire des affaires, selon le classique Buy Low / Sell High.

Pour chaque joueur cité ci-dessous, le premier nombre est l’ADP (Average Draft Position), c’est à dire sa position moyenne de pick à la draft. Le second correspond à son classement au Player Rater ESPN au 11 novembre 2014.

Les bonnes surprises

Trevor Ariza, SF, Hou (ADP 69 ; PR 5) – Auteur d’une saison remarquable chez les Wizzards, en plein contract-year, on se demandait si Ariza confirmerait au sein de sa nouvelle franchise, les Rockets. Beaucoup ont parié contre, et après 15 jours de NBA, force est de constater qu’Ariza domine : avec 14,6 PTS à 44,7 et 85,7%, 5,9 REB, 3,1 3PM et 1,9 STL, Trevor Ariza réalise un début de saison exceptionnelle.

Rudy Gay, SF, Sac (34 ; 11) – Décidément, le transfert de l’ailier aux Kings l’a changé : doté d’une réputation de croqueur à la sélection de tir discutable, Rudy Gay est remarquable depuis qu’il a signé aux Kings. 45,6% aux shoots (41% à Toronto), l’ailier propose des stats all-around avec notamment 86% aux lancers-francs pour 6 essais par match, 22,3 PTS, 7 REB et 1,1 STL. Inutile de dire que l’ailier au nom difficile à porter n’est pas étranger au départ canon des Kings de Sacremento.

Nikola Vucevic, C, Orl (40 ; 22) – Auteur d’un premier match hallucinant contre les Pelicans avec la bagatelle de 23 rebonds, Nikola Vucevic confirme les espoirs que le Magic a mis en lui. Début de saison en mode double-double pour le pivot d’Orlando avec 18,6 PTS à 53%, 12,3 REB et 1 STL 1 BLK. Seul véritable pivot de son équipe, le Monténégrin est parti pour réaliser sa meilleure saison en carrière.

Brandon Knight, PG, Mil (92 ; 17) – Espoir depuis le jour de la draft, c’est sous les ordres de Jason Kidd que Brandon Knight réalise ce que l’on attendait de lui depuis 2 ans. Voire plus. Leader en terme de minutes jouées (31,9) chez les Bucks, où le coach fait tourner, le combo guard est titulaire à la mène et compile 17,6 PTS, 7,3 AST et 6,4 REB pour 5 lancers-francs par match à 89,2%. De l’or en barre pour un joueur draft autour du 90e pick à la draft.

Daren Collison, PG, Sac (96 ; 24) – Dans l’ombre de Chris Paul chez les Clippers, qu’il remplaçait avec brio à chacune des blessures du « meilleur meneur de la ligue » (jusqu’au jour où l’on comprendra que c’est Stephen Curry), beaucoup doutaient de sa capacité à prendre en main une équipe. En deux semaines, Daren a fait taire les critiques avec 14,7 PTS, 6,3 AST, 4 REB et surtout 2 STL pour seulement 1,7 TO et profite de la présence des deux go-to-guys des Kings : DeMarcus Cousins et Rudy Gay.

Les déceptions

Goran Dragic, PG, Pho (26 ; 147) – L’arrivée d’Isaiah Thomas et la re-signature d’Eric Bledsoe annonçait un backcourt de feu aux Suns. Rassurez-vous, c’est le cas, mais pour l’instant, c’est Goran Dragic qui en fait les frais. Auteur d’une saison de quasi-MVP l’an prochain, Dragic redescend sur (sous) terre avec 14,4 PTS à 44,7 et 91,3%, c’est à la passe que la situation du meneur Slovène est problématique avec un total de … 2,6 AST ! Au milieu d’un backcourt très performant, Thomas souhaite sans doute montrer qu’il mérite un poste de titulaire, quand Bledsoe doit désormais justifier son nouveau contrat.

Ty Lawson, PG, Den (25 ; 144) – En Fantasy, on considère que les effectifs les plus homogènes sont les plus dangereux, dans la mesure où les joueurs se partagent les minutes à chaque poste. Les Nuggets ont probablement l’effectif le plus homogène de la ligue, sauf à la mène. Malgré la concurrence de deux combo guards (Nate Robinson et Randy Foye), Ty Lawson reste le titulaire indiscutable à la mène, grâce à son profil d’organisateur. Gêné depuis la fin de saison dernière par des chevilles douloureuses, Ty Lawson paie sa non-opération et totalise 13,6 PTS, 7,8 AST et 3 TO à 3TO et seulement 40% aux shoots. Les passes sont là, mais le joueur est clairement en difficulté avec son shoot.

Carmelo Anthony, SF, Nyc (7 ; 95) – L’arrivée de Derek Fisher et Phil Jackson a consacré l’arrivéechez les Knicks de l’attaque en triangle, chère au coach zen. Plusieurs semaine (voire plusieurs mois) seront nécessaires aux New Yorkais pour pour s’adapter, et le nouveau rôle de Melo, en peine avec ses coéquipiers semble suivre la même voix. Le retour de Jose Calderon devrait aider l’équipe, mais en attendant, Carmelo Anthony commence doucement : 20 PTS, 5 REB et 4,4 AST à 39% aux shoots. Tout n’est pas à mettre sur le dos de l’attaque en triangle, puisque Melo semble avoir perdu son shoot aux lancers-francs : 73% (contre plus de 80% en carrière).

Mason Plumlee, PF, Bkn (194; 229) – Plusieurs facteurs expliquent le début de saison mitigé du plus jeune des frères Plumlee. Le retour en forme de Kevin Garnett, et celui de Brook Lopez. Mais pas uniquement. Car même en l’absence de Brook Lopez la première semaine, Mason Plumlee n’a pas eu ces minutes que le nouveau coach des Bucks lui a alloué en fin de saison dernière. Bilan : 16 minutes en moyenne pour 6,5 PTS 6 REB et 1 BLK de moyenne, avec un seul double double au compteur face à Orlando le 9 novembre.

Kenneth Farried, PF, Den (47 ; 132) – Où est passé l’ailier élu dans la FIBA ALl-Star team cet été ? Le Manimal réalise un début de saison discutable avec 11,7 PTS, 8,7 REB à 45,2% et 0,2 STL. Cela ne devrait toutefois pas durer. Selon Brian Shaw, la clef se situe dans le jeu de Ty Lawson, mais pas seulement. Beaucoup d’attente autour du jeune Kenneth, soyez patient, ou ciblez-le s’il n’est pas dans votre roster.

Laisser un commentaire