Le punt est une stratégie qui consiste à abandonner au moins une catégories en choisissant des joueurs qui sont mauvais dans celle(s)-ci. Avantages, Inconvénients et exemples de cette stratégie qui peut s’avérer risquée.

Les avantages

Cette stratégie n’est valable que si gagnez quelque chose de votre stratégie de punt : il vous faut des joueurs productifs, et dominants. Cas le plus classique de punt, Dwight Howard vous fait perdre à lui tout seul les FT% mais vous donne un FG% redoutable, accompagné d’un top 5 rebonds, de steals et de blocks. Andre Iguodala convient parfaitement comme complément, étant décisif en FG%, AST et STL. Il vous apporte également des 3PM. Rien ne sert de sacrifier une catégorie si c’est pour ne rien récupérer derrière.

Cela vous permet plus de flexibilité. En effet, en puntant (verbe transitif) une stat, vous vous débarrassez de toute considération pour elle. Ainsi, le principal point faible de certains joueurs est indolore pour vous, ce qui vous avantage dans une négociation. C’est même un argument, quoiqu’il ne fasse pas toujours mouche.

Ce qui fait mouche à tous les coups en revanche, c’est l’argument inverse : « en récupérant Iguodala, je t’enlève un poids sur une catégorie dans laquelle tu sembles visiblement vouloir t’améliorer. » En récupérant un joueur très faible dans la catégorie que vous puntez, vous aidez la personne avec qui vous négociez un échange. Quoique votre interlocuteur vous en dise, il le sait, et il l’intègre à sa réflexion.

Les inconvénients

Le premier est évident : vous perdrez systématiquement sur la stat abandonnée, même contre les équipes faibles et moyenne. Après tout c’est votre stratégie et ce n’est pas étonnant, mais vous devez savoir que dans une ligue standard, vous ne jouez que sur 8 catégories, pas 9.

Mais surtout, lorsque vous affronterez les autres équipes de la ligue, elles ne vous feront pas de cadeau. Puisque votre adversaire gagnera cette catégorie, il n’y a a priori aucune raison qu’il ne prépare pas son matchup en conséquence. Attendez-vous à voir certains joueurs sur le banc, car votre adversaire fera en sorte de se renforcer sur certaines des 8 autres catégories.

Les punts les plus fréquents

C’est la raison pour laquelle il ne faut pas adopter cette stratégie avec n’importe quelle statistique. Moins elle est jugée importante, plus vous pouvez y aller. Typiquement le cas des pourcentages, statistique la plus difficile à appréhender. Pourquoi ? Parce qu’il est possible que personne ne s’en rende compte.

FT% – Stratégie de punt la plus classique depuis l’émergence du Hack-a-Shaq en NBA, il s’agit de laisser tomber les FT% pour se concentrer sur le reste. Le plus souvent, ce sont les pivots qui excellent en airball à partir de la ligne de réparation, mais pas seulement ! Outre Dwight Howard, DeAndre Jordan, J.J. Hickson et désormais Andre Drummond, on note l’existence d’extérieurs et meneurs qui ne savent pas tirer de la ligne des lancers-francs. Il s’agit par exemple de Thaddeus Young, Andre Iguodala, Michael Carter-Williams voire Rajon Rondo. Remarquez que tous ces joueurs sont extrêmement productifs dans les autres catégories, potentielle explication de la popularité du punt FT%.

PTS – Seul punt qui s’appuie sur une statistique « populaire » le punt PTS est rarement utilisée et pourtant diablement efficace. Concentre-vous sur des joueurs à fort pourcentage mais faible usage. Il s’agit souvent de joueurs défensifs, notamment des pivots et postes 4. Quelques noms pertinents dans une telle stratégie : Chris Paul, Serge Ibaka, Joakim Noah, Robin Lopez, Derrick Favors, Kawhi Lenoard, Kyle Korver, Danny Green, pourquoi pas Nerlens Noel et on l’espère l’an prochain Roy Hibbert.

TO – De nombreuses équipes font du punt TO sans le savoir. Typiquement, une équipe ayant sélectionnée un noyau de joueur scorers ou passeur va de facto être mauvais en TO. Il n’y a qu’à regarder le flop 10 des turnovers de la saison dernière : il y a 6 meneurs. Les 4 autres joueurs sont Kevin Durant, Lebron James, James Harden et DeMarcus Cousins : uniquement des joueurs qui tiennent la gonfle. Le punt TO, c’est la stratégie ignorée de ceux qui jouent les PTS.

 

Laisser un commentaire