Dans une snake draft, c’est l’ordre des picks qui est déterminant. Voici une technique particulièrement adaptée pour ceux qui ont des tours de draft rapprochés.

Votre objectif principal dans une draft est de vous constituer la meilleure équipe possible, mais ce n’est pas tout : vous pouvez en profiter pour empêcher les autres équipes d’en faire autant. En bénéficiant de choix rapprochés, vous disposez de plus de latitude pour faire votre équipe.  Vous verrez beaucoup de joueurs vous passer sous le nez mais ce n’est pas grave. En étant placé en début ou en fin de draft, (très) peu de joueurs choisis entre vos deux tours.

Le principe

Il s’agit de miser sur le fait qu’un joueur que vous ciblez ne sera pas pris entre vos deux tours de draft, l’objectif étant de prendre ce joueur avec votre second pick, et non votre premier. Vous pourrez ainsi prendre un meilleur joueur avec votre pick.

Plus le nombre d’équipes ayant un joueur à drafter entre vos deux picks est élevé, plus vous prenez de risques, étant donné qu’il y aura mathématiquement plus d’équipes susceptibles d’être intéressées par votre cible. On s’adresse ainsi principalement aux titulaires des seconds et avant-derniers tours d’une draft au format snake. Si vous avez la troisième position ou l’avant-avant dernière, vous êtes également concerné, vous aurez simplement plus d’équipes à surveiller. Notez que cette technique s’appuie sur l’avantage des titulaires des premiers et derniers choix de draft.

Ce qu’il faut faire

Vous l’aurez compris, la première chose à faire est de connaître les équipes qu’il va falloir surveiller tout au long de la draft. Vous avez entre 4 et 6 concurrents directs dans votre zone de draft, mais seulement une ou deux équipes entre vos deux picks. Cela passe par :
Comprendre rapidement la stratégie de votre adversaire : les premiers picks d’une équipent déterminent le plus souvent la stratégie adoptée par une équipe. Quelles catégories sont ciblées ?
Le suivi de son roster tout au long de la draft : chaque fois que votre tour approche, regardez l’effectif des équipes qui vont choisir entre vos deux tours. Le roster est-il complet sur un poste ? L’équipe est-elle déjà trop forte sur une catégorie ?

Ceci exige que vous ayez de l’intuition, et le fait de connaître la personne en question est un sacré avantage.

En pratique

Cette technique est de plus en plus efficace à mesure que l’on se rapproche de la fin de la draft. Les effectifs sont riches et de nombreux postes sont verrouillés. Il est alors plus facile d’identifié les postes sur lesquels vos adversaires vont passer.

Exemple avec ces 10 joueurs,classés de la 91e à la 100e position. C’est à votre tour de choisir un joueur. Vous êtes 15e à la draft, et seuls deux joueurs seront choisis avant votre prochain pick. Vous êtes désespérément à la recherche d’un bon extérieur et d’un pivot. Votre adversaire a lui uniquement drafté des SG / SF, et cherche donc ses PG et ses PF/C.

[table align= »center » colalign= »center|center|center » width= »50% »]Classement, Joueur, Position
91,J.J. Redick,SG
92,Jose Calderon,PG
93,Joe Johnson,SG/SF
94,Jodie Meeks,SG
95,Kyle Korver,SG/SF
96,Nene Hilario,C/PF
97,Jamal Crawford,PG/SG
98,Robin Lopez,C
99,Jonas Valanciunas,C
100,Anderson Varejao,C
[/table]

Votre objectif étant de recruter un extérieur, tout indique que votre premier choix se portera sur J.J. Redick, Joe Johnson, Kyle Korver ou Jodie Meeks. Et pourtant vous devriez utiliser ce premier pick pour prendre le pivot de votre choix. En effet, le titulaire du 16e choix aura deux joueurs à pick, et il ne prendra aucun SG / SF. En utilisant votre premier choix sur un pivot, vous privez votre adversaire du meilleur pivot disponible. L’extérieur que vous auriez sélectionné avec sera encore disponible lorsque votre second choix se présentera.

Laisser un commentaire