5 semaines de Fantasy, et c’est l’heure de faire un premier bilan sur les surprises et déceptions de la ligue. Tout peut arriver en Fantasy NBA, les malheureux qui ont drafté Derrick Rose vous le diront. C’est pourquoi on a pensé préparer un petit bilan sur les bonnes et mauvaises surprises de ce début de saison.

Les bonnes surprises

Anthony Davis – Tout le monde l’attendait, mais à ce niveau ? Le malheureux s’est fracturé la main hier soir (lundi 2 décembre) et aucune information n’a filtré quand à sa date de retour. Une raison pour le laisser libre ? Certainement pas. Auteur d’un début de saison incroyable (18.8 PTS, 10.2 REB, 1.6 STL, 3.6 BLK pour seulement 1.4 TO à – accrochez-vous – 50% et 84.6%), Même s’il disparaît 2 mois, accrochez-vous à lui, ou essayez de l’attraper, surtout si son propriétaire est sanguin. Unibrow explose tous les pronostics et a su montrer qu’il avait le talent pour être le meilleur intérieur de la ligue.

Spencer Hawes – Le pivot des Sixers est décidément un numéro. Toujours mis en danger, jamais déranger, Spencer Hawes a démontré la saison dernière et en ce début de saison qu’il avait les épaules pour jouer le rôle de vétéran à Philadelphie, malgré ses 25 printemps. Débarrassé de sa coupe mulet, Spencer Hawes est au four et au moulin et compile la bagatelle de 16.1 PTS, 10.1 REB, 3.1 AST, 1.8 BLK à 51.3%, avec, excusez du peu, 1.8 3PM de moyenne ! Qui aurait misé une bille sur lui en début de saison dernière ? Certainement pas les Sixers qui ont récupéré Andrew Bynum (et ils l’ont regretté). Visiblement toujours pas les Sixers qui ont drafté Nerlens Noel, blessé jusqu’à nouvel ordre.

Klay Thompson – Beaucoup se posaient a question du rôle de l’artilleur de San Francisco suite à l’arrivée d’Andre Iguodala. On a désormais la réponse avec un grand début de saison de la part de Klay qui s’enflamme régulièrement, qu’Iggy soit sur le terrain ou non. Alors oui, parfois quelques matches sans, mais au final, Klay Thompson démarre fort avec 21.3 PTS (dont 3.6 3PM), 1 STL pour seulement 1.8 tO.

Ryan Anderson – Seulement 8 matches dans les pattes et plusieurs performances appréciables. Il a un boulevard devant lui avec la blessure d’Anthony Davis. Et lundi dernier il ne s’est pas privé (en 57 minutes certes) avec un match à 36PTS dont 7 3PM, 6 REB et 1 BLK. Sur la saison, il cumule une moyenne de 34.4 minutes pour 22.6 PTS, 5.5 REB, 4.4 3PM (oui oui, vous avez bien ly) à 51.6 FG% et 100 FT%. De l’or en bar, et pour au moins 4 à 6 semaines en plus.

Jordan Crawford – Avec la blessure de Rajon Rondo, tout le monde était persuadé de 2 choses : Boston allait tanker, et Avery Bradley allait enfin avoir de la valeur en tant que meneur titulaire des Celtics. Et bien tout le monde s’est trompé, puisque c’est Jordan Crawford qui s’est imposé au poste. Seulement 13.1 PTS et 5.2 AST depuis le début de la saison certes, mais sur les 15 derniers jours, c’est 16.6 PTS pour 6.6 passes à 83.9% aux lancers-francs pour un joueur connu comme étant un croqueur. Dans l’attente du retour de Rajon Rondo, alignez-le à tous prix. A terme, sa valeur est plus discutable. Mais l’on peut se dire que Jordan a appris des choses en ce début de saison, et nous aussi : il est capable.

Michael Carter-Williams – Gêné par deux blessures depuis le début de saison, MCW n’en reste pas moins une révélation. Dans un roster des Sixers qui a perdu coup-sur-coup Nikola Vucevic, Andre Iguodala, Jrue Holiday et Andrew Bynum (désolé, on n’a pas pu résister), MCW cotoie Spencer Hawes, Thaddeus Young, Evan Turner et …. personne. Le résultat est là. Clairement en course pour le titre de Rookie Of the Year, MCW compile la bagatelle de 17.7PTS, 1.5 3PM, 5.8 REB, 7.3 AST et, accrochez-vous, 3.1 STL depuis le début de la saison ! Cela passe par des pourcentages pénalisants (respectivement 40,8% et 67.1%) et un haut niveau de turnovers (3.7), mais pour ce qu’il apporte, on ne peut pas lui en vouloir.

On a remarqué leur début de saison :
– Dirk Nowitzki, que tout le monde pensait fini après une saison marqué par une sale blessure l’an dernire.
– Al Horford, toujours bon, jamais reconnu
– Andre Drummond, qui ne sait pas tirer ses lancers-francs, mais qui colle double-double sur double-double avec beaucoup de steals
– J.J. Reddick, qui s’est bien mieux intégré au roster des Clippers que l’on ne s’y attendait.
– Marcin Gortat, qui a profité de son transfert à Washington pour montrer qu’il savait jouer quand il avait un bon meneur à ses côtés
– Monta Ellis, inventeur du Monta-ball, joueur d’impact à Dallas.

Les ratés

Deron Williams – Mark Cuban aurait pu s’en mordre les doigts, mais non. Malgré un effectif de rêve (meneur passeur entouré de Paul Pierce, Kevin Garnett, Joe Johnson et Brook Lopez), D-Will n’est plus celui que l’on a connu au Jazz. Constamment gêné par ses chevilles, Deron Williams compile moins de 10 PTS, seulement 6 passes pour un 3PM, mais 2,7 TO. Et il n’a pas joué depuis le 20 novembre ! Toutes nos condoléances aux malheureux propriétaires.

Larry Sanders – Après une saison 2012-2013 monstre (9.8 PTS, 9.5 REB, 2.8 BLK à 50.6%) alors que personne ne le connaissait, Milwaukee a signé un gros chèque à l’oncle Larry. Prévu par ESPN dans le top 30 de la draft cette année, drafté en moyenne en 41e position, Larry Sanders n’a presque pas joué cette saison puisqu’il s’est blessé à la main dans une bagarre en boîte et a été mis à pied par les Bucks. Ajoutez à cela que le pivot compilait la bagatelle de 2.7 PTS, 3.7 REB… mais tout de même 2 BLK, on ne pourra pas lui enlever ça. Que se passera-t-il à son retour ? Personne ne le sait.

JaVale McGee – Un peu dans la même trajectoire que Larry Sanders : des stats décevantes, peu de temps de jeu, une blessure. Drafté bien plus base que son compère contreur, JaVale McGee conservait la confiance de ceux qui se rappellent de ses années Wizzards et qui misaient sur une meilleure saison de celui qui n’entrait visiblement pas dans les papiers de coach Karl. Mauvaise pioche, JaVale compile en 16 (!!!) minutes 7 points, 3.4 rebonds et 1,4 blocks. J.J. Hickson a pris son poste de titulaire, et McGee se remet d’une blessure. Toujours pas de date de retour pour celui qui n’a pas recommencé à courir au moment où sont écrites ces lignes.

Josh Smith – Ah ! Josh Smith. « L’ailier le plus sous-estimé de la ligue ». « Mais pourquoi n’est-il pas All-Star ? » Quoiqu’il en soit, J-Smoove ne réalise pas le début de saison que Detroit attendait. Dans un secteur offensif chargé (messieurs Drummond et Monroe se reconnaîtront), Josh Smith est passé arroseur en chef avec seulement 39,6% de ses shoots convertis. Un titre que Brandon Jennings lui aurait envié avant de devenir passeur. Tout de même, il ne faut pas négliger ses 6.8 REB, 3.5 AST, 1.7 STL et 1.6BLK, mais on attendait J-Smoove plus haut, plus beau, plus fort.

Anthony Bennett – On ne pouvait pas ne pas mentionner Anthony Bennett, le n°1 de la draft le plus décevant depuis Kwame Brown. Après avoir battu un record de nullité, Anthony Bennett confirme son mal être à Clevelant avec des stats faméliques : 2.4 PTS, 2.4 REB à 24.1%. On ne parle pas du reste car ce n’est pas mieux, et une coïncidence telle sur les chiffres est probablement la seule belle chose que l’on verra chez Bennett cette saison.

On les cite :– Paul Pierce, qui n’a visiblement pas digéré son passage à Brooklyn, et qui s’est cassé la main cette semaine
– Terrence Ross, qu’on aurait aimé voir éclore mais DeMare Derozan en a décidé autrement
– Bismack Biyombo, qui avait un boulevard devant lui avec l’absence d’Al Jefferson mais qui n’en a pas profité et a été poussé en bout de banc
– Cody Zeller, qui avait un boulevard devant lui avec l’absence d’Al Jefferson mais qui déçoit peu ou prou autant que son frère Tyler
– J.R. Smith, qui est bien loin de son titre de meilleur 6e homme de la saison dernièr

Vous en avez d’autres ?

Laisser un commentaire