La draft est un moment stressant où vous aurez entre 30 secondes et 2 minutes pour choisir un joueur. Alors bon, comme ça on se dit « tranquille », mais je vous garantis que non, ce n’est pas un moment tranquille. Voici quelques conseils additionnels pour vous aider à bien préparer votre draft et surtout, à la réussir.

Tout dépendra de votre position dans la draft. Personnellement, mes positions préférées sont premier et dernier. Premier, c’est l’évidence : j’ai Lebron James ou Kevin Durant. Mais surtout, comme pour la dernière position, cela me permet de choisir 2 joueurs à la suite, et ça, ça n’a pas de prix. Tout simplement parce que vous serez celui qui aura le plus de flexibilité pour construire son équipe. En revanche, vous laisserez passer un plus grand nombre de joueurs, et devrez souvent pick un joueur qui a un ranking plus bas, car vous n’aurez aucune chance de l’avoir au tour suivant. Quoiqu’il en soit, quelle que soit votre stratégie de draft, les règles suivantes devraient s’appliquer correctement

La gestion des rounds

Rounds 1 à 3 – Le « BAP » ou Best Available Player

Les 3 premiers rounds sont très importants, ce sont eux qui vont créer le ciment de votre équipe, et ce, plus particulièrement dans une grande ligue (16 équipes). Et le pire, c’est que ce ne sont pas eux qui vous donneront la victoire, mais plutôt les joueurs que vous prendrez plus bas. C’est la raison pour laquelle, à ce niveau là, il faut simplement prendre le meilleur joueur disponible. Vous pouvez déjà insuffler une couleur à votre équipe, avec des choix déjà cohérents, mais j’ai vraiment l’habitude de prendre le meilleur joueur disponible (à savoir celui qui est ranké le plus haut au moment de mon choix).

Petit retour d’expérience sur mes 4 mocks drafts réalisées les 20-21-22 Septembre. Entre parenthèse, la position du joueur dans les rankings ESPN 2014 au moment où ce billet est écrit.
– Kevin Durant (1), Lebron James (2) & James Harden (3) ont toujours été pris en 1e, 2nde et 3e position, dans cet ordre
– Dirk Nowitzki (17) n’est pas encore parti avant la 30ème position. Sa blessure l’an dernier a fait beaucoup de mal à sa valeur, profitez-en !
– Kobe Bryant (78) est pris entre la 15e et la 25e position. Nul doute que son ranking évoluera à mesure qu’on en saura plus sur sa blessure.
– Ty Lawson (20) est plutôt pris autour de la 30e position.

Rounds 3+ – Choisir en fonction de son roster

A partir de là, vous devez disposer de 3 joueurs de très haut niveau qu’il va falloir accompagner de joueurs moins bons, mais important pour votre équipe. La première chose est de « remplir les cases ». Quel poste vous manque ? Avez-vous 1 PG, 2 PG ? Des pivots / PF ? L’important est désormais de renforcer les stats sur lesquelles on est fort, sans s’abimer ailleurs. Normalement, à ce moment là, l’orientation de votre équipe doit être claire.

Vous avez des joueurs « clivants » ? Prenez un complément sinon il ne servira à rien. Par exemple, vous avez Serge Ibaka, le contreur ultime, c’est bien, mais seul, il ne sert à rien. Un Tim Duncan, Pau Gasol ou DeMarcus Cousins est un choix pertinent.

Vous avez opté pour deux joueurs complémentaires ? Prenez un joueur « all-around » (qui fait un peu de tout). Par exemple, James Harden et Ty Lawson. Un Klay Thompson ou un Andre Iguodala sont des choix intéressants.

Mais tout ça dépend de votre stratégie de draft. Voici quelques points issus d’une étude des rankings 2014, qui devraient vous aider à faire le bon choix au bon moment.

Quel joueur à quel moment ?

Les meneurs, il y en a plein

Et en plus, ils sont rankés tout en haut ! Sur les 30 premiers joueurs des rankings, 12 sont des meneurs. Et Tony Parker est 31e. Autant dire que le meneur n’est pas une denrée rare. Donc si vous décidez d’articuler votre équipe autour de vos meneurs (habituellement bons en FT%, 3PM, STL, AST et PTS), il va falloir en prendre au moins 2 dans vos 3 premiers tours.

A partir de la 60e place (Jeff Teague), ça commence à être compliqué d’en trouver des bons. Ou alors de faire un pari (hein Trey Burke, l’homme-aux-deux-mains-gauches-à-la-summer-league). C’est un peu dur pour Georges Hill et Jose Calderon, mais si vous n’avez pris qu’un seul meneur avant eux, autant oublier de faire la différence sur les PG.

Certains meneurs sont très clivants : Rajon Rondo, Chris Paul, Ricky Rubio et Mike Conley sont des joueurs à suivre si vous favorisez les passes et les steals, mais vous oubliez direct les points. Certains meneurs sont d’excellents soutiens à d’autres stratégies. Russell Westbrook, John Wall par exemple prennent des rebonds (5, pour un meneur, c’est énorme).

Les grands c’est plus dur

Ce n’est un secret pour personne que les pivots se font de plus en plus rares dans la ligue. Et les PF sont de plus en plus fuyants et défendent de moins en moins (Ryan Anderson, David Lee, Greg Monroe…). Ajoutez à cela que les rebonds sont, avec les points, les stats les plus faciles à obtenir, il ne faut jamais perdre de vue qu’un grand qui ne bloque pas, ce n’est pas un ciment d’équipe. Surtout que les grands ont tendance à abimer votre stat de FT%.

« Punter » une statistique ?

« Punter » une statistique, c’est l’abandonner. Est-ce que ça vaut le coup ? En Rotto, jamais. En H2H, pourquoi pas. J’ai joué avec Dwight Howard l’an dernier sur une ligue à 16 équipes, 14 joueurs. Dwight n’a pas fait une saison incroyable, loin de là, mais il a été fidèle à une chose : son incapacité absolue à mettre plus d’un lancer franc sur 2. Est-ce que Dwight Howard doit être une cible ? Sachez qu’avoir D-12 dans son équipe, c’est l’assurance de perdre les FT%. Du coup, votre adversaire disposera de plus de flexibilité sur les autres statistiques. Et vous en coller une. Donc ça se discute. Disons que oui, si Dwight retrouve un niveau plus dominant (en dépassant les 2 blocks par match). Car il reste le meilleur rebondeur de la ligue.

Une autre stat que vous pouvez punter : les points. Probablement parce que les points sont la stat la plus flashy, et qu’au final, en basket, c’est le score qui compte, j’ai remarqué que les joueurs qui scorent beaucoup ont tendance à être draftés avant les autres. On parlait de Rajon Rondo, Chris Paul et Mike Conley. Si vous avez deux de ces joueurs, n’hésitez pas à punter les points. Vous êtes largement gagnant ailleurs.

Mais quoiqu’il en soit, je ne vous conseillerai jamais de partir sur une draft avec une stratégie de punt, vous n’avez qu’à y perdre. En revanche, une fois que vous avez vos 2-3 premiers joueurs, vous savez quelle est votre stat la plus faible. Elle sera difficile à rattraper.

Le pari

C’est vraiment ma partie préférée de la draft. Ce joueur que j’ai repéré très bas dans les rankings, et qui va exploser sa position de draft à la fin de l’année. Je l’ai vu. J’ai noté son nom. Je vais le prendre plus haut. Mais à tous les coups, quelqu’un d’autre l’a vu aussi. Alors, je le prends où ? Question insoluble. Mais j’aurai la boule au ventre pendant la draft, et j’appréhenderai avec anxiété le son qui m’annoncera que le joueur qui est dans ma « queue » de draft est pris par quelqu’un d’autre.

Une draft sans pari, c’est vraiment moins intéressant. Autant faire une draft automatique. J’ai l’habitude de noter le nom d’une demi douzaine de joueurs à prendre, sur lesquels j’investirai un pick bien plus élevé que leur position initiale.

Visez les joueurs incertains qui auront du temps de jeu, ou qui sont remplaçant de joueurs qui se blessent facilement. Ou bien de joueurs dont le ranking est CLAIREMENT en deça de ce à quoi on peut s’attendre.

On parle par exemple de :
– Kobe Bryant : 78e ? Seriously ?
– Derrick Favors : 93e Al Jefferson et Paul Millsap sont partis, c’est l’heure de Derrick Favors.
– Michael Carter-Williams : 128e Meneur titulaire dans l’une des 3 équipes les plus faibles de la ligue. Pari à prendre.
– Eric Bledsoe : 183e. Pour un joueur surnommé « Mini Lebron », qui combine des rebonds, des passes, des steals. Même s’il joue avec Dragic à ses côtés, je prends le pari autour de la 80e position.
– Enes Kanter : 193e. Personnellement, j’attends un 10pts / 10rbds / 2blocks avec de bons pourcentages d’Enes Kanter, ce qui le met dans le top 100 tranquillement

Vous en avez également ? N’hésitez pas à les communiquer en commentaire !

Laisser un commentaire