Chaque année, la nouvelle classe de rookies amène son lot de joueurs talentueux, de surprises et de déception. C’est aussi l’occasion pour les joueurs de Fantasy de s’arracher les cheveux : quel joueur drafter et quand ? Heureusement, les différents sites de Fantasy nous gratifient d’un classement permettant de mieux saisir l’impact potentiel d’un rookie, toutefois il y a toujours des affaires à faire, des erreurs aussi. Voici nos conseils pour la classe 2015, même si on a tout à fait conscience qu’il est trop tôt pour se faire une idée définitive, dans la mesure où le marché des transferts vient à peine de commencer et que de nombreux trades vont avoir lieu, sans parler des signatures de Free Agents.

Les yeux fermés

Andrew Wiggins, Cleveland Cavaliers – Choisi en 1ère position del a draft 2015, Andrew Wiggins est considéré comme le joueur ayant le plus de potentiel, au point d’avoir été comparé à Lebron James lors de ses années lycées. Malgré tout, le Canadien n’a pas su mener son équipe universitaire au titre, et l’on a parlé de Joel Embiid comme numéro 1 de la draft. De par son potentiel athlétique, son shoot à mi-distance et ses capacités défensives hors normes, Wiggins devrait changer la face de Cleveland assez rapidement et aura un temps de jeu conséquent.

Jabari Parker, Milwaukee Bucks – Moins médiatique qu’Andrew Wiggins, Jabari Parker a été élu « Freshman de l’année » et a réalisé une saison tout simplement monstrueuse. Compte tenu de l’effectif des Bucks, Jason Kidd devrait lui donner les clefs de la franchise dès sa première saison. Considéré comme le joueur le plus NBA-ready de la draft, Jabari Parker sera très rapidement productif.

Julius Randle, Los Angeles Lakers – Sélectionné en 7ème choix derrière Embiid, Gordon, Smart et Exum, Julius Randle rejoint une équipe qui n’a pour l’instant que 3 joueurs sous contrat : Kobe Bryant, Steve Nash et … Robert Sacre. La situation changera, mais on peut s’attendre à ce que Julius Randle, monstre offensif, ait la gonfle. Poste 4, Julius Randle est une machine à double double qui, si il a le ballon, fera partie des meilleurs rookies de la saison.

Elfrid Payton, Orlando Magic – Drafté par les 76ers et immédiatement échangé à Orlando contre Dario Saric, la cote d’Elfrid Payton n’a cessé de grimper lors des semaines précédent la draft. Issu d’une petite université, Elfrid Payton est un meneur passeur qui dispose d’un sens du leadership et de la gagné élevé. Jameer Nelson coupé, il devrait composer avec le sophomore Victor Oladipo le backcourt du Magic.

On les prend si et seulement si

Joel Embiid, Philadelphia 76ers – Possible numéro 1 de la draft jusqu’à sa fracture de fatigue, Joel Embiid est un débutant en basket (seulement 3 ans de pratique) qui, à en croire les scouts NBS, a le potentiel de Hakeem Olajuwon, rien que ça. Malheureusement, comme Nerlens Noel la saison dernière, on ne sait pas s’il mettra les pieds sur un parquet cette saison. Joel Embiid, on achète si on est en ligue Dynasty ou Keepers.

Marcus Smart, Boston Celtics – Probable meilleur meneur de la draft, Marcus Smart a été retenu par Boston en 6ème position. Les Celtics ont besoin de talent à tous les postes, sauf celui de meneur, et après avoir resigné Avery Bradley, on se dit que Marcus Smart ne vaut le coup d’être drafté que si Boston trade Rajon Rondo. Smart est trop petit pour jouer en 2, contrairement à Avery Bradley.

Doug McDermott, Chicago Bulls – 5e meilleur marqueur de l’histoire de la NCAA, Doug McDermott n’a pas rejoint la NBA par la plus grande des portes. Peut-être l’effet Jimmer Fredette. Quoiqu’il en soit, Doug McDermott rejoint un effectif où Taj Gibson et Nikola Mirotic devraient monopoliser le poste 4 qu’il occupait en NCAA, aussi se dit-on que le temps de jeu de jeune shooter dépendra de la signature d’un bon ailier à Chicago. De nombreuses rumeurs envoient Carmelo Anthony aux Bulls, bien qu’ils ne semblent pas tenir la corde. Petit bémol tout de même, Tom Thibodeau est connu pour ne pas faire jouer deux types de joueurs : ses rookies, et les joueurs qui ne défendent pas. Malheureusement, McDermott répond à ces deux critères. Affaire à suivre, car les Bulls l’ont récupéré au cours d’un trade pendant la draft.

On prend le pari

PJ Hairston, Charlotte Hornets – A Charlotte, on sait défendre, mais pour attaquer, on compte beaucoup sur Big Al et Kemba Walker. Heureusement, voici PJ Hairston. Joueur essentiellement porté vers l’attaque, il marquait en moyenne 14,6 points par match en NCAA avant d’en être exclu pour divers affaires judiciaires. Parti se racheter une conduite en D-League, PJ Hairston y a tourné à plus de 21 points de moyenne, et semble avoir tiré un trait sur son passé.

Dante Exum, Utah Jazz – Elu officiellement joueur le plus mystérieux de la draft, Dante Exum a fait sensation à chacune de ses apparition. Agé de 19 ans, et n’ayant joué qu’en Australie, on reproche à Dante Exum de n’avoir jamais affronté de réelle opposition, mais son talent semble indéniable. Aligné aux côtés de Trey Burke, l’Australien devrait faire partie des bons rookies cette année, mais il n’offre pour l’instant aucune garantie. Mais on prend le pari.

On évitera de les drafter

Dario Saric, Philadelphia 76ers – Drafté par le Magic d’Orlando et immédiatement envoyé à Philadelphie en échange d’Elfrid Payton, le prodige croate a signé un contrat de 3 ans (dont 2 garantis) avec l’Anadolu Efes. Bien que des rumeurs poussent le joueur croate à rejoindre la NBA avant l’issue de ces deux ans, Dario Saric devrait passer la saison prochaine dans son club en Turquie.

Kyle Anderson, San Antonio Spurs – Attendu comme le successeur de Boris Diaw, et considéré comme un véritable steal à la 30e position de la draft, le rookie capable de jouer à tous les postes apparait comme un steal potentiel en Fantasy… mais il joue aux Spurs. Connu pour faire peu de place aux rookies, les Spurs pratiquent une telle rotation de leur effectif que Kyle Anderson aura du mal à trouver un temps de jeu suffisant pour être pertinent en Fantasy.

Laisser un commentaire