Dans une ligue Fantasy Keepers, on joue sur le long terme. D’une saison sur l’autre, le choix de vos Keepers vous permettra de prendre l’avantage sur vos adversaires. Voici nos conseils et les pièges à éviter dans votre sélection de Keepers.

Long story short, le Keeper idéal est un joueur qui rassemble les qualités suivantes :
– Il est bon
– Il est jeune
– Il est solide
– Il est All-Star ou  Franchise Player
– Il est bien élevé

Le top des Keepers par poste
Le top des Keepers par poste

Malheureusement, vous n’arriverez pas à monter un tel roster, aussi voici les clefs pour choisir de bons Keepers.

La jeunesse

Vous allez dire qu’on enfonce une porte ouverte, mais un bon Keeper est un Keeper jeune. Combien d’années allez-vous pouvoir conserver Tim Duncan, Paul Pierce ou Dirk Nowitzki ? Bien que ces derniers fassent mentir année après année leurs détracteurs, force est de constater que la fin de leur carrière est plus proche que son début. Et l’on constate un déclin statistiques saison après saison. Aussi, le jour où celle-ci s’arrêtera, vous devrez choisir un autre Keeper pour les remplacer.

Pour rappel, on considère qu’un joueur atteint son apogée entre 27 et 30 ans. Et à cet âge là, il a encore de belles années devant lui.

La jeunesse oui, mais pas à tout prix.  Faut-il favoriser Bradley Beal, 20 ans et un fort potentiel ou Joakim Noah, 27 ans ? Un « tiens » valant mieux que deux « tu l’auras », on vous recommande de limiter les risques en choisissant des joueurs confirmés plutôt que des espoirs qui ne perceront peut être jamais (Kwame Brown, tu es notre exemple préféré). N’oubliez pas que le but est de gagner et qu’il y a plus d’exemples de potentiels ratés que d’espoirs qui ont confirmé. N’hésitez pas à panacher votre équipe si vous avez un grand nombre de Keepers. Veillez à ce que la moitié de vos joueurs au moins soient des joueurs solides. Vous aurez de mauvaises surprises si tous vos joueurs sont des espoirs.

La santé

La NBA est un sport exigeant pour les corps, et les blessures sont fréquentes. En Fantasy, un joueur blessé signifie une production nulle. Aussi, il est important de choisir un joueur qui n’a pas tendance à se blesser tous les 15 jours. Pour trouver cette information, ouvrez la « Player Card » du joueur et attardez-vous sur ses 3 dernières saisons : combien de matches joués, débutés, et quelle moyenne de minute ? Cela devrait vous donner des indices intéressants sur la robustesse d’un joueur.

La Franchise Playeritude / AllStaritude

C’est probablement le conseil le plus important quand il s’agit de bien choisir ses keepers. Plus l’image du joueur tend vers le concept de All-Star, plus vous réduisez les chances d’une perte de valeur subite suite à un trade ou à l’émergence d’un nouveau joueur au sein du roster. Alors bien sûr on trouvera un certain nombre de contre-exemples, et des bons, mais la règle s’applique la plupart du temps.

Qu’est-il arrivé à David West lors de son départ pour Indiana ? Posez-vous la même question pour Luis Scola maintenant. Luis Scola joue 20 minutes par match. Il est important dans l’équipe. Mais il a totalement perdu sa valeur en Fantasy. Greivis Vasquez, qui a fini la saison 2012-13 meilleur passeur de la ligue se retrouve remplaçant de Kyle Lowry aux Raptors.

Que vous soyiez en Dynasty (beaucoup de keepers), ou dans une simple ligue Keepers, choisissez un Franchise Player.

4 profils de keepers
4 profils de keepers

Lebron règne sur la ligue, James Harden a surpris tout le monde par son niveau, Josh Smith a montré qu’il n’avait pas les épaules pour tenir le duo Monroe / Drummond et Lance Stephenson… c’est la réelle inconnue de la saison. Un Keeper en puissance ou une anomalie statistique ?

Attention à l’anomalie statistique !

L’anomalie statistique est le piège numéro un dans le choix de ses keepers. Milwaukee s’est d’ailleurs fait avoir avec son contrat de 44M$ signé après une saison prometteuse de Larry Sanders. Et vous ?

L’anomalie statistique, c’est simplement la saison miracle pour un joueur. Elle arrive souvent les saisons à l’issue desquelles les joueurs sont Free Agent, car leur objectif est alors de signer le meilleur contrat possible.

Regardez bien les stats d’un joueur sur plusieurs saisons, sur leur fiche joueur par exemple. On voit un joueur comme Kawhi Leonard progresser de saison en saison, mais des pics sur des joueurs moins constants. Regardez les stats de Larry Sanders. Décidez quelle saison est l’anomalie. Celle à l’issue de laquelle il a signé son contrat, ou la première année de ce contrat ?

Le poste

Vous hésitez entre deux joueurs et vous n’arrivez vraiment pas à vous décider ? Posez-vous la question : quel est le meilleur joueur suivant au même poste ? Comparez. Choisissez celui où le suivant est le plus mauvais. Etonnant ? Pas vraiment

En Fantasy c’est simple, un joueur qui est dans votre équipe ne l’est pas dans celle d’un autre. Aussi, plus les bons joueurs sont rares à un poste, plus vous prenez l’avantage sur vos adversaires, qui devront mettre quelqu’un de sensiblement moins bon dans le slot.

Dans la ligue actuelle, les deux postes les plus rares sont les postes SG et SF. Si vous hésitez entre un PG et un SG, gardez le SG. Il y en a 2 d’elite, et 3 stars, point barre.

Complémentarité

On pense souvent « valeur » quand on pense Keeper. Mais parfois il vaut mieux prendre deux joueurs complémentaires que vos deux meilleurs joueurs. C’est particulièrement vrai dans les ligues H2H, où vous jouez par catégories. Un combo Rubio / Ibaka, c’est une sérieuse option sur les BLK, STL et les AST.

Laisser un commentaire